pdp.preview.ar-cta.header
Prévisualisez cette œuvre sur votre mur
Scannez-moi pour visualiser cette œuvre sur vos murs ! (sur iPhone uniquement)

Pointez l'iPhone vers le mur souhaité (à environ 3 mètres) et appuyez sur Démarrer.

Insomnia

Sizes:
45 x 60
75 x 100
105 x 140
Execution/framing
Contrecollage sous verre acrylique
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 45 x 60 cm (Dimensions extérieures) Largeur de profil 15 mm avec verre acrylique brillant , érable canadien brun, 49,4 x 64,4 cm (Dimensions extérieures) Sur papier premium (brillant) non monté ou encadré. Expédié roulé.
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 45 x 60 cm (Dimensions extérieures)
Execution/framing
Contrecollage sous verre acrylique
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 75 x 100 cm (Dimensions extérieures) Largeur de profil 15 mm avec verre acrylique brillant , érable canadien brun, 79,4 x 104,4 cm (Dimensions extérieures) Sur papier premium (brillant) non monté ou encadré. Expédié roulé.
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 75 x 100 cm (Dimensions extérieures)
Execution/framing
Contrecollage sous verre acrylique
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 105 x 140 cm (Dimensions extérieures) Largeur de profil 15 mm avec verre acrylique brillant , érable canadien brun, 109,4 x 144,4 cm (Dimensions extérieures) Sur papier premium (brillant) non monté ou encadré. Expédié roulé.
épaisseur 2 mm brillant, sans cadre, 105 x 140 cm (Dimensions extérieures)
2023 / 2023 / AKO32 Créé en 2023 / Publié dans 2023 / Non. AKO32 AKO32
page.detail.shipment.estimation.sale-item
TVA incluse plus CHF 12,90 de frais d'envoi

PRÊT À ACCROCHER

Toutes les œuvres d'art LUMAS peuvent être accrochées très facilement après le déballage.

EMBALLÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

Les emballages des usines LUMAS répondent toujours aux normes les plus strictes, afin de garantir que tout arrive chez toi en aussi bon état qu'il a été expédié.

SOUTIENT LES ARTISTES

Avec chacun de tes achats LUMAS, l'artiste reçoit une commission équitable.

14 JOURS DE DROIT DE RETOUR

Retour facile sous 14 jours pour s'assurer que vous êtes satisfait de chaque achat.



Andreas Kock
Comme Helmut Newton, Andreas Koch est un iconoclaste, à comprendre ici dans le sens d’une deuxième génération. Le photographe de mode est connu pour ses shooting photo mis en scène et inhabituels, dans lesquels il utilise…
Visiter la page de l'artiste
INFORMATIONS SUR LE BAGROUND
Comme Helmut Newton, Andreas Koch est un iconoclaste, à comprendre ici dans le sens d’une deuxième génération. Le photographe de mode est connu pour ses shooting photo mis en scène et inhabituels, dans lesquels il utilise consciemment des modèles de film et de l’histoire de l’art. Little Miss Newton est le titre de sa nouvelle série. Il ne pourrait pas montrer sa référence de façon plus ouverte et en même temps pleine de respect envers le créateur des Fashion-Nudes.

Stephan Reisner

FENÊTRE SUR COUR

Vous souvenez vous du film d'Hitchcock Fenêtre sur cour, de cette histoire mystérieuse qui se déroule par la fenêtre de l'autre côté de la cour ? Quelque chose de ce suspense, sans qu'il y ait bien sûr le supposé crime du film, se trouve également dans les photographies d'Andreas Kock de Stockholm. Elles faisaient partie d’une série de mode - une fois de plus la photographie de mode se révèle être à la source de photos passionnantes… – elles fascinent par leur forte sensibilité et leur mise en scène arrangée jusque dans le moindre détail. Kock passe pour un perfectionniste, ses décors sont finement élaborés. Sur le plateau, il agit comme un metteur en scène dont l’idéal serait de transférer l'image telle qu'il l’a en tête vers son Hasselblad ou son Mamiya. Ses personnages sont des femmes fières et fortes souvent représentées dans des poses provocantes. Les couleurs claires et théâtrales ainsi que l’utilisation du clair-obscur rappellent le peintre américain Edward Hopper. Un autre point commun avec le peintre : le non-dit, ces histoires que les images insinuent sans jamais raconter.
VITA
--- Informations bientôt en ligne ---
INTERVIEW
La série "stalker" a été présentée pour la première fois à LUMAS il y a plus de 10 ans et a connu un succès immédiat. Les nouvelles œuvres d'art sont une continuation de la série exclusive pour LUMAS. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a inspiré pour créer ces nouvelles œuvres ?

"Cela faisait un moment que j'étais curieux de créer des images mettant en scène des personnages et des décors inspirés de Wes Anderson, mais avec une esthétique plus Edward Hopper. J'ai donc combiné des personnages, des décors et des accessoires inspirés de Wes Anderson et je les ai placés dans un tableau d'Edward Hopper."

Quel est le thème principal ou le message que vous souhaitez faire passer à travers cette nouvelle série ?

"Comme toujours, le thème du harceleur sert de racine et de source principale d'inspiration, créant une tension au sein de l'œuvre. J'ai voulu que cette série soit plus analogique et s'apparente à des peintures. À une époque où l'IA génère des photos hyperréalistes, il est plus crucial que jamais de mettre en valeur le travail artisanal authentique et de superviser soigneusement sa production.
Pour ce faire, j'ai tourné ces images avec une pellicule 120 mm à haute vitesse et je l'ai poussée d'un cran pour accentuer le grain des négatifs.

Votre souci du détail et votre précision dans la mise en scène sont évidents dans votre travail. Pouvez-vous nous en dire plus sur la manière dont vous abordez la phase conceptuelle et comment elle évolue sur le plateau ? Comment vous assurez-vous que l'image finale correspond à la vision que vous aviez au départ ?

"Je suis très prudent et précis dans la planification du travail, y compris la conception des décors, les personnages, les modèles, le stylisme, les couleurs, l'éclairage, etc. Chaque image est soigneusement conçue sur le plan esthétique. Cependant, une fois que je commence à tourner, tout peut arriver dans le cadre que j'ai initialement créé. Je me sens assez libre dans le processus une fois que je suis derrière la caméra ; la rigidité se trouve dans la phase de planification initiale.

Le concept de "Fenêtre sur cour" confère à vos photographies un sentiment d'attente et de tension qui rappelle le film d'Hitchcock. Comment avez-vous fait pour traduire cette atmosphère dans vos images et quel a été le processus de création de ce décor particulier ?

"Ce décor s'inspire d'un mélange de couleurs trouvées dans les peintures d'Edward Hopper et du style des films de Wes Anderson. En outre, il y a un hommage subtil au légendaire cinéaste suédois Ingmar Bergman."

Pourriez-vous nous faire part d'autres influences qui ont joué un rôle important dans votre travail et de la manière dont vous avez intégré ces inspirations dans votre photographie ?


"J'aime à penser que mon travail est très personnel, mais il est inévitable que mes sources d'inspiration et mes modèles artistiques soient évidents dans mes créations. Des artistes tels que le peintre Edward Hopper et le photographe Philip-Lorca Di Corcia ont eu un impact profond sur moi au fil des ans. Je reviens toujours à ces sources".

Vos sujets respirent souvent la confiance en soi et la force, dans des poses provocantes. Qu'est-ce qui vous pousse à capturer ces qualités dans vos photographies et comment travaillez-vous avec vos modèles pour faire ressortir ces caractéristiques ?


"Je ne cherche pas à faire ressortir des modèles quelque chose qu'ils n'ont pas. Je choisis consciemment des modèles qui ont confiance en eux et qui comprennent ce que j'attends d'eux pendant la séance photo. Par exemple, si je veux qu'une personne soit nue sur le plateau, ce n'est pas grave ; c'est prévu et c'est la chose la plus naturelle. Je crois que cette confiance est évidente chez les modèles qui figurent dans mes photographies."

Pouvez-vous nous parler des défis ou des expériences uniques que vous avez rencontrés en travaillant sur "stalker" ? Y a-t-il eu des moments qui vous ont particulièrement marqué lors de la création de cette série ?

"Lorsque l'on prend des photos à travers des fenêtres, il est préférable de le faire de nuit pour minimiser les reflets. La règle générale est que l'intérieur doit être plus lumineux que l'extérieur. En raison d'un retard dans la production, j'ai dû photographier la série pendant la période la plus lumineuse de l'année, en juin, à Stockholm, en Suède (ce qui était évidemment une erreur). Cela m'a limité à un maximum de 4 heures de tournage, le soleil se couchant à 23 heures et se levant à 3 heures du matin. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce fut une expérience extrêmement stressante. J'avais initialement prévu 6 à 8 photos, mais j'ai à peine réussi à en prendre 5".

Au-delà de l'esthétique visuelle, vos images évoquent souvent un sens de la narration ou du récit. Y a-t-il des histoires ou des thèmes spécifiques auxquels vous revenez dans votre art ?

"J'ai tendance à inclure des éléments dans les images - des indices qui peuvent inciter le spectateur à créer sa propre histoire. Je préfère suggérer des histoires plutôt que de les raconter explicitement.

Comment envisagez-vous l'impact de votre art sur ceux qui en font l'expérience ? Quelles émotions ou pensées aimeriez-vous que les spectateurs retirent de votre travail ?

"Je souhaite que mon art suscite des réactions fortes. J'espère que les spectateurs se sentent stimulés, curieux, visuellement captivés et frappés par sa beauté.

Pouvez-vous nous donner un aperçu de vos projets artistiques pour 2024 ? Y a-t-il des projets ou des thèmes passionnants que vous êtes particulièrement impatient d'explorer au cours de l'année à venir ?

"En ce qui concerne mes projets artistiques pour 2024, je travaille actuellement sur une exposition importante. Je ne peux pas encore en révéler le contenu précis, mais je peux dire qu'il s'agit d'une exploration unique de l'esthétique de la mode à l'envers. En outre, je travaille activement à la création de grandes toiles acryliques."

Aucune livraison n'est possible dans votre pays à partir de cette page.
Si vous désirez passer commande chez nous, veuillez visiter le site LUMAS USA.

Non merci, j'aimerais rester sur cette page.
Oui, je souhaiterais changer.