Cover, Jean Pages de German Vogue Collection
German Vogue Collection

Cover, Jean Pages

1928 / 2011
Édition limitée, Tirage: 100, Cachet de l'archive
Édition limitée, Tirage: 100, Cachet de l'archive
45 x 32
Épuisé
100 x 72

Cette œuvre n'est plus disponible dans la taille que vous avez sélectionnée.

Modifier le cadre
Cadre

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm brillant, Sans cadre, 100 x 72 cm (Dimensions extérieures)

Sur papier premium. Non monté ou encadré. Expédié roulé

CHF 499,00
TVA incluse plus CHF 29 de frais d'envoi | N° d'œuvre : VOG20
Informations de fond sur German Vogue Collection
Introductions
La collection allemande Vogue

Le bonheur nouveau du légendaire magazine de mode Vogue ne fut, dans un premier temps, que de courte durée. D'april 1928 à octobre 1929 parurent jusqu'à trois éditions par mois. Exemplaire du point de vue de la mode et de l'esthétique, les thèmes et les codes vestimentaires correspondaient tout à fait au flair qui régnait sur les boulevards berlinois. Les illustrations originales comme celles de Pierre Mourgue, Georges Lepape et Pierre Brissaud célébraient la femme nouvelle, sûre d'elle, sous toutes les facettes de la mode et de la plus belle manière graphique. Le look new yorkais à la garçonne avec coupe au bol, chapeau cloche, collier de perles, boa et fume-cigarette extralong était omniprésent. Les couvertures pétillaient d'élégance et d'un souffle d'Art déco. En même temps, elles mettaient en scène les formes réduites et les styles graphiques de l'époque moderne. La combinaison individuelle entre typographie et représentation figurée fit de chaque magazine une pièce de design unique. Les parutions devinrent des témoignages extraordinaires de leur époque. Mais, le début de la crise économique mondiale marqua la fin des „Goldene Zwanziger“, les „années folles“ allemandes, et la publication du Vogue allemand fut, après seulement un an et demi d'existence, alors interrompue. Ce n'est que des années plus tard, en 1979, que Vogue refit son apparition sur le marché. C'est ce qui explique pourquoi les premières parutions ont autant de valeur.

Stephan Reisner